LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

Publié le par LUMIERE

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ! Je confirme. Ce matin, je me suis levée....trop tard ! Oui 8H30 c'était trop tard ce matin pour aller faire les photos de ces beaux paysages enneigés si rares en Provence. Je l'ai su en voyant les belles images postées sur FB ! Le vent s'est levé et a soufflé le manteau blanc ! Mais je ne me suis pas démontée : il suffit de faire 7-8 km en direction de la Garde Freinet et nous voici dans un paysage de montagne !

Finalement, je suis ravie de vous faire partager ces photos d'un village dont je ne vous avais pas encore parlé pour ceux qui ne connaissent pas et comme vous avez tous vu St Tropez sous la neige sur les grandes chaînes je me suis dit que çà serait une bonne idée de monter dans ce joli village de la Garde Freinet et de vous le faire découvrir sous son manteau blanc

Sur la route, déjà çà sent les 0 degré !

en montant vers la Garde Freinet
en montant vers la Garde Freinet
en montant vers la Garde Freinet

en montant vers la Garde Freinet

le marron au fromage blanc ! ou chantilly plutôt !!!

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

sur le bord de la route

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

Arrivée à la Garde Freinet je regrette presque de ne pas avoir mis mes après ski !

Le village est perché et en pente donc çà glisse

petit historique avant de le parcourir

ref office du tourisme

Sa situation sur un col est à l’origine de son nom : « la garde ». Le « freinet » a été ajouté ultérieurement et se réfère à la plaine peuplée de frênes qui s’étendait autrefois jusqu’à Grimaud et Cogolin. Ses habitants s’appellent les « Fraxinois » ou les « Gardois ».

A partir du XIVème siècle la population installée au Fort Freinet redescend progressivement pour s’installer au col de la Garde, plus facile d’accès et aussi plus facile à vivre. Ce fait de quitter le village perché pour s’installer ailleurs n’est pas un fait isolé en Provence. Le nouveau village s’appelle ainsi la « Garde du Freinet ». Le premier quartier peuplé de l’époque est l’actuel quartier Saint-Joseph qui s’étend jusqu’à la place du Marché.

Avec l’arrivée de l’industrie bouchonnière au XIXème siècle, le village connaît un accroissement considérable. Ainsi, la commune compte 2687 habitants en 1872, dont environ 660 bouchonniers.

Suite à ce développement de prospérité, de nouveaux quartiers sont crées : le quartier des Aires et la place Neuve. Le village actuel a gardé l’aspect de cette époque.

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

de jolies fontaines 

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

ou puits 

je sais l'hiver on n'a moins besoin de fraîcheur mais c'est beau sous la neige !

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

et çà donne un charme à toutes ces jolies ruelles 

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

sortez le pastis, on a les glaçons !

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

et là je suis tombée sur cet endroit où la magie de la glace a opéré 

Place à votre imagination

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

je continue ma balade vers le haut du village ! çà glisse !

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

Mais qu'est ce que c'est beau !

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

on peut aussi monter jusqu'à la croix

mais vu la neige, ce jour là je ne m'y suis pas aventurée !

Consacrée le 3 mai 1900 (jour de la sainte Croix et de Saint Clément, patron du village), la Croix et son effigie du Christ sont l’un des emblèmes du village qui s’étale à ses pieds. Haute de 6 mètres, on dit que son commanditaire l’abbé Mathieu l’aurait placée exprès dans l’axe de la place Neuve. Il répondait ainsi au climat anticlérical de l’époque, et visait plus particulièrement le propriétaire athée de la plus imposante maison du village… L’ancien Office de Tourisme ! La tradition affirme que le clerc aurait lancé à son ennemi : “ Jusqu’à la fin de tes jours tu auras le Christ en face de toi ! ”. Le monument avait également une fonction moins spirituelle : il servit de paratonnerre au village pendant des années, avant que la rouille n’en vienne à bout. Très endommagée, la Croix a été restaurée en 1978.

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

Avec des jolies vues sur le village

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

le chat a mis son écharpe !!

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

L’église paroissiale est dédiée à saint Clément, saint patron de la commune.
Il s’agit probablement de l’emplacement de l’église médiévale. Elle fut entièrement reconstruite de 1782 à 1787 pour répondre à l’accroissement de la population. En 1848, l’église n’avait toujours pas de « place ». Malgré une pétition de 150 personnes, les fonds manquèrent pour racheter les maisons alentours.

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

quelques jolis clichés que nous offre ce décor hivernal exceptionnel

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

en redescendant dans le village une jolie place et une fontaine

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

La fontaine vieille 

En 1812, le maire Joseph-Jacques AMIC, fit restaurer la fontaine, qui fut longtemps la seule du village. Le nouveau mur-fontaine monumental comporte trois bassins alimentés par des mascarons anthropomorphes. La surverse alimentait une petite auge en grès. Ses dimensions soulignent l’importance des points d’eau à une époque où elle n’arrivait pas dans les foyers. Son utilisation par les habitants était d’ailleurs strictement réglementée et les amendes encourues dissuasives. Il était par exemple interdit d’être trop nombreux en même temps, pour ne pas faire baisser brusquement le niveau des bassins. Les légumes devaient être débarrassés de la terre et des racines pour ne pas troubler l’eau. En aucun cas, il n’était permis d’y laver de la viande, excepté au temps des agneaux et chevreaux où on pouvait laver les tripes, mais en faisant couler l’eau en dehors du bassin. Il était également prohibé de plonger dans les bassins de trop grands récipients (chaudrons, cornues, etc.), excepté en cas de feu.
Enfin, dans notre région où l’aigo es d’or, l’accès même à la fontaine publique pouvait être restreint, lors des « basses eaux ».

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

 Le Lavoir à mi-taille, plus confortable pour les bugadières, car il leurs permettait de laver debout. Il fut couvert en 1791, protégeant ainsi du vent et de la pluie. Il est alimenté par la même source que la fontaine Vieille. Nous ignorons l’origine de sa construction, mais sa réfection, en 1812, correspond au développement des lavoirs au XIXe siècle, répondant à l’augmentation de la population et à la prise de conscience des besoins d’hygiène et de salubrité.

Les lavoirs servaient à laver le petit linge, utilisant les plans inclinés pour le savonnage et le brossage. Il fallait bien-sûr respecter l’ordre des bassins, celui du haut étant réservé au rinçage tandis que le savonnage s’effectuait dans les deux autres.

La grande lessive
Lors des grandes lessives, qui n’avaient lieu qu’une ou deux fois dans l’année dans nos campagnes, on venait au lavoir pour le prélavage et le rinçage. Les autres opérations se déroulaient autour d’un cuvier (énorme bac en bois puis en fer, dont le fond était percé d’un trou), dans lequel le linge était savamment placé. Le cuvier était posé sur un trépied, au dessus d’un chaudron. Dans un autre chaudron, de l’eau était chauffée. Au dessus du linge, encore imprégné de savon du prélavage, un vieux drap installé en forme de cuvette était rempli d’un lit de cendres. On pouvait alors procéder au coulage, en versant l’eau chaude dans le cuvier. Cette eau, mêlée de savon et de la potasse des cendres (le lessif), était récupérée, réchauffée et reversée à plusieurs reprises dans le cuvier.

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

la chapelle Saint-Jean est constituée de deux chapelles distinctes qui ont fusionné, auxquelles furent ajoutés plusieurs corps de bâtiments après la révolution.

Chapelle Saint-Jean, Saint-Antoine et Saint-Crépin
Elle fut fondée peu avant 1622, par Antoine COURCHET, gros propriétaire exploitant. Elle ne fut achevée qu’au début de 1628, au moment de la nomination des recteurs (gestionnaires) de la « luminaire » (fondation).
Le fondateur avait dédié l’édifice à saint Jean l’Evangéliste, à saint Antoine abbé, dont il portait le nom, et à saint Crépin, patron des tanneurs et ouvriers du cuir, un artisanat pratiqué à la Garde-Freinet.

Chapelle Notre-Dame l’Annonciade (actuel Office de Tourisme)
En 1633, un groupe de Gardois aisés fondèrent une confrérie de pénitents blancs sous l’invocation de Notre-Dame l’Annonciade. On décida d’élever une chapelle de pénitents contre la façade orientale de la chapelle Saint-Jean. Elle fut achevée dans le courant de 1637.

Les deux chapelles fusionnent
La chapelle servait aux pénitents de lieu de réunion, pour des exercices de piété, prières, lectures, méditations, mais aussi pour organiser les processions, l’assistance aux enterrements, les célébrations, les festivités ; réunion des morts, dans les caveaux aménagés, dès 1646, en sous-sol.
Pour les offices religieux, les confrères utilisaient la chapelle Saint-Jean, dont la porte d’accès s’ouvrait au fond de leur local. Cela devait aboutir à une fusion des deux édifices juxtaposés, en 1649.
La chapelle servit de paroisse annexe quand des travaux rendirent impraticable l’église du village jusqu’à la reconstruction complète du vieil édifice entreprise en 1782.

Quand la Révolution arriva, la chapelle, abandonnée par la confrérie dissoute, servit durant quelques années de lieu de réunion pour la société locale des Amis de la Liberté et de l’Egalité.
Elle fut un peu plus tard estimée 2650 livres, puis vendue comme bien national, transformée, mutilée et bientôt oubliée. C’est, dit-on, pour la bouchonnerie qu’aurait été construite la voûte en berceau qui divise la chapelle en deux niveaux. Une autre tradition orale situe à Saint-Jean l’atelier du ferronnier Cavalier, auteur de la croix qui domine le village.
Dans la même période, l’environnement de l’édifice se transforma, l’ancienne chapelle fut intégrée dans un ensemble de maisons et sa destination initiale tomba dans l’oubli.

En 2002, la commune de la Garde-Freinet décida de racheter l’édifice privé pour en faire un espace culturel ouvert au public.

A chaque période de Noël a lieu une exposition d'un crèche extraordinaire qui fera l'objet d'un article quand on approchera des fêtes 

il faudra être patient mais çà en vaut la peine ! c'est une merveille

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC
LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

et la Mairie

LA GARDE FREINET VETUE DE SON MANTEAU BLANC

Les textes historiques proviennent du site de l'office de tourisme

 

je vous donne rdv au printemps pour revoir nos villages perchés avec les fleurs plein de couleurs

en attendant d'autres aventures nous attendent !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Salut, <br /> C’est très beau ce paysage sous ce manteau blanc. Avec ma mère, je compte aller à la Garde Freinet cet été pour un petit séjour pas cher déniché sur une annonce de cette appli : https://itunes.apple.com/fr/app/paruvendu-petites-annonces/id551018814?mt=8 . Vu l’âge de ma mère, elle ne pourra pas faire des randonnées. Nous allons donc visiter le village et les alentours. C’est elle qui a eu l’idée de choisir cette destination et ce sera notre première fois de ce côté de la France.
Répondre
L
Bonjour sharlotta <br /> La garde freinet est un joli village mais un peu plus éloigné que les autres du bord de mer <br /> Il faut compter 20mn <br /> Si vous venez n hésitez pas à me demander des conseils pour les visites. En village a ne pas manquer grimaud médiéval et port grimaud village lacustre puis ramatuelle et gassin. J ai fait des articles dessus <br /> Attention l été beaucoup de circulation donc pour aller à grimaud ça va mais les autres il faut éviter certaines horaires ou passer par des routes moins encombrées <br /> Je vous dirai <br /> À ramatuelle la plus belle plage c est l escalet <br /> De toute façon randonner en été il fait trop chaud <br /> Je ne peux voir l annonce car le lien est visible que sur Apple <br /> Bonne journée